Bécherel, la cité (bretonne) du Livre (mondial)


Temps de lecture :
6
minutes

Quand je suis arrivée à Rennes en août 2010, je n’avais aucune idée de ce qu’était Rennes ou la Bretagne de manière générale. Oui, parce que je ne pensais pas du tout venir ici et me préparais aller vivre dans une toute autre ville française. Je l’explique ici.

En arrivant à Rennes, mon but était bien sûr de faire mes études mais… pas que 😉 Je voulais aussi profiter au maximum de mon aventure humaine et de m’imprégner de l’endroit où j’étais censée habiter pendant au moins 3 ans.

La découverte des terres bretonnes a commencé bien sûr à Rennes et puis petit à petit j’ai essayé d’élargir mon périmètre de connaissances. Un jour, je suis allée à Bécherel. « Un petit village de rien du tout où il n’y a même pas 4 rues bien distinctes » me suis-je dit quand j’ai vu cette ville pour la première fois.

Et puis il y avait une autre chose qui m’intriguait : pourquoi dans une si petite commune il y a plus de librairies que dans toute la ville de Rennes ? Son slogan « Bécherel, la cité du Livre » n’était pas suffisant pour m’expliquer toute son histoire. Alors, j’ai commencé à chercher.

Première Cité du Livre en France

C’est en 1986 que Bécherel renaît. L’association Savenn Douar se lance dans un projet de développement rural dans la culture, grâce aux livres. Ce « tremplin » culturel est censé « réanimer » la bourgade et la rendre attractive pour les locaux, les habitants des villes voisines et puis pour tous ceux qui viennent de loin. Cette envie de faire revivre sa propre ville a valu à Bécherel le statut de la troisième Cité du Livre en Europe et la première en France.

J’ai vraiment été fascinée d’apprendre cette histoire du renouveau de Bécherel. C’est tellement simple comme idée mais tellement génial ! Je n’hésiterais pas un instant à conseiller ce mode de « renouveau » aux villes qui n’arrivent pas à se remettre de leur passé industriel ou à se valoriser par rapport à leurs voisines (peut être touristiquement plus attractives).

Hay-on-Wye, la cité du Livre par excellence

J’ai découvert également que Bécherel a eu cette idée aussi de quelqu’un. Ou plutôt d’une autre petite ville britannique, oubliée au fin fond du Pays de Galles — Hay-on-Wye. La magie bouquiniste a commencé pour Hay-on-Wye grâce au gérant d’une librairie locale — Richard Booth. Ce monsieur a eu l’excellente idée de s’autoproclamer “Roi des livres”. “Sa majesté” Booth a réussi à convaincre la municipalité et les habitants de sa ville à participer à sa folle idée de transformer la ville en véritable “royaume du Livre”.

Ainsi, environ 20 librairies ont ouvert qui ont attiré des nombreux nouveaux visiteurs dans la ville.

Avec les librairies arrivèrent des pubs, des bars, des galeries d’art et des antiquaires. Ensuite Hay-on-Wye se dote de lieux d’hébergement, dont un hôtel, et devient connue dans tout le Pays de Galles. Plus tard, elle lance des festivals littéraires, des nuits de poètes et autres évènements liés au monde du Livre.

Bécherel a repris le flambeau

Bécherel s’est donc inspirée de ce merveilleux exemple et compte aujourd’hui 14 librairies permanentes pour seulement environ 700 habitants locaux. Du coup, quand on vient à Bécherel, on n’a pas d’autres choix que d’aller dans une librairie et farfouiller pour trouver de petites perles littéraires ! Et oui ! Parce que chaque librairie a une ambiance bien particulière et propose un choix de livres sur des thématiques variées.

Au fil du temps à côté des bouquinistes se sont installés des professionnels d’art du livre en calligraphie, reliure, tissage, illustration. Pendant ma promenade, je me suis aperçu de librairies-cafés et même d’une librairie-crêperie qui m’a complètement plongée dans l’ambiance bretonne au milieu des magnifiques maisons en pierre.

Je trouve que le pari (jamais évident) de rendre sa ville intéressante, attractive et originale est complètement réussi ! 😉

Après mon détour par Bécherel, je conseille maintenant à tous mes amis ukrainiens, russes qui visitent la Bretagne d’aller découvrir cette ambiance médiévale, bouquiniste, rurale d’une calme ville que Rennes a à portée de main.

En visitant La Maison du Livre de Bécherel, j’ai appris également que la ville organise régulièrement des évènements comme par exemple la Fête du Livre, des marchés aux livres tous les 1er dimanche du mois, le Printemps des Poètes, la Nuit du Livre. Bref, encore plus d’occasions de se rendre à Bécherel !

Les livres vont sauver ce monde…

…de dépaysement, des guerres, de la mécompréhension entre peuples et pays. En tout cas, Bécherel et Hay-on-Way peuvent témoigner de ce pouvoir extraordinaire.

D’ailleurs, quand j’habitais à Poitiers pour faire mon Master Web Editorial j’ai entendu parler de Montmorillon qui est aussi Cité de l’écrit et des métiers du livre. Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de m’y rendre pour la visiter…

J’ai visité Bécherel un mercredi après-midi. Bien qu’il n’y ait eu personne dans les rues, j’ai quand même pu apprécier l’endroit. Je pense que cela devrait être bien différent en week-end quand Bécherel est rempli de monde et que chaque librairie regorge de gens. Et tout ce monde qui chuchote et cherche la perle rare parmi les trésors en papier soigneusement préparés par les libraires… 🙂

Quand la librairie est ouverte – des bacs en plastique avec des livres sont alors dehors dans la rue.

1.

J’ai remarqué que les livres qui sont vendus dehors, sont moins chers que ceux qu’on peut trouver à l’intérieur.

Moi, personnellement, j’aime bien feuilleter les livres de ces bacs juste comme ça, par curiosité (mais aussi par plaisir, tant qu’à faire 😉 ).

2.

3.

J’ai l’impression que plusieurs bouquinistes sont en compétition pour avoir le nom de boutique le plus original.
4.

5.
J’espère que ses livres sont vraiment chouettes 😉 Et puis cela est aussi un petit clin d’œil aux amoureux de la lecture qui aiment lire jusqu’à tard dans la nuit 😀

Un café littéraire pour les lecteurs assoiffés.
6.

7. 

Moi qui aime lire partout et tout le temps, j’ai bien apprécié le concept d’une librairie spécialisée en livres de poche. Et juste à côté j’ai découvert un atelier d’exlibris (là où on produit les mentions du nom du propriétaire des livres à l’intérieur de ces livres).
8.

A Bécherel, on trouve aussi des antiquaires littéraires.
9.

Ou encore une ancienne boulangerie devenue spécialisée en livres d’enfants.
10.

Puisque j’y étais en milieu de semaine, certaines librairies étaient fermées. D’autres étaient semi-ouvertes, genre “Je serai de retour dans 15 minutes” mais personne ne sait quand cela arrivera exactement. 😀
11.

Ma préférée c’est celle-là : être semi-ouvert uniquement si c’est vraiment pour faire un achat 😉

12.

Ou bien être ouvert mais laisser un veilleur de confiance 😀
13.

 

Bécherel, ce n’est pas que les librairies, c’est aussi une ville pleine de charme et de petits détails qui ont égayés ma découverte.

Par exemple, j’ai adoré ces « maisons poilues ». Je ne sais si c’est vraiment difficile de prendre soin auprès d’une telle maison mais cela rend vraiment bien ! J’imagine qu’en été il y fait plus frais que dans une maison normale 😉

14.

15.

16.

17.

Etant fan de petits détails urbains dans n’importe quelle ville, j’ai remarqué des boîtes à lettres anglaises à Bécherel. Si à Rennes, je n’ai trouvé qu’une boîte comme ça (pour les curieux, elle se trouve au boulevard de la Liberté), alors ici elles sont vraiment partout. La classe ! 😉

18.

19.

20.

Et puis, je m’émerveille comme d’habitude devant des lampadaires et des plaques de rue. C’est d’ailleurs grâce à ces petits détails qu’à partir d’une simple photo on peut deviner dans quel pays on se trouve.

21.

22. 

23.

24.

25. 

Bécherel a tout pour une petite balade en nature.

26. 

En bas de la ville, il y a un étang et une ferme avec des chevaux.
De mon côté, j’ai pu également bien profiter des mûres dont regorgeaient tous les buissons sur mon chemin.

27. 

28.

29.

J’ai découvert également un élément d’époque qui maintenant ne sert à rien mais avant était indispensable pour la vie et surtout la communication des gens. Ce lavoir a certainement entendu plein d’histoires marrantes (ou pas) que les locaux d’antan se racontaient sous son toit.

30.

31.

A la fin de ma promenade, avant de rentrer à Rennes, j’ai visité la Maison du Livre.

A part le fait qu’on puisse s’y renseigner sur des évènements à venir et l’histoire du Livre, j’ai vraiment apprécié qu’il y ait beaucoup de choses permettant aux enfants de découvrir l’immense monde de la lecture. Tout en jouant, les plus petits s’habituent à lire des livres de qualité avec des belles illustrations, sur du bon papier et des polices de caractères harmonieuses.

Cela contribue forcément à l’éducation des enfants, au développement de leur goût et leur culture. Ce qui m’a fait réfléchir c’est que même en vivant dans une petite ville, les enfants de Bécherel s’habituent dès tout-petits à voir le monde au-delà de ses frontières, sentir sa diversité culturelle et humaine.

Je les envie, franchement 😉 Quand j’étais petite, je rêvais d’avoir une médiathèque comme ça pas loin de là où j’habitais avec mes parents.

Bécherel est vraiment adorable ! Cette ville de seulement quelques rues m’a surprise, m’a fait réfléchir et m’a donné beaucoup d’inspiration. Et quelle réussite de faire revivre une petite commune grâce aux… livres !

Bref, je recommande à tous de visiter Bécherel. Même si vous n’êtes pas adepte de livres et de la lecture, je suis sûre que vous allez adorer ce bol d’air frais 😉

32.

33.

 

Quelques infos pratiques

 

Comment y aller ? Bécherel fait partie de la métropole Rennaise, elle est donc facilement accessible en bus urbain depuis Rennes. Il suffit donc de prendre le bus n° 82 direction Bécherel. Le départ se fait depuis la place de la République ou depuis l’université Rennes 2. Pour plus de détails, voici le site des transports rennais.

 

Combien de temps prend le voyage ? 45 minutes à l’aller, même chose pour le retour. C’est vraiment tout près 😉

avatar